Association Française des
Coordonnateurs Hospitaliers

26, rue de Traynes
65000 TARBES
Pour tout renseignement n'hésitez pas à nous contacter
Nous Contacter

Inscription à la Newsletter

Votre adresse email :
Une sélection de publications récentes

Des articles récents vous sont proposés ci-dessous, avec des mises à jour régulières !

  

Si vous voulez en faire apparaître, envoyez-moi un courriel : stephane.afch@laposte.net

             

                                 

Image

 


 
Don&Vie n°5 : Fatwa sur la transplantation d'organes (archive de 2010)

 

Image

 

    

Bulletin semestriel d'information et de sensibilisation dans le domaine du don et de la greffe d'organes édité par le Centre National pour la Promotion de la Transplantation d'Organes 

 

Origine : Tunisie.  L'année passée, les participants tunisiens nous ont remis un exemplaire de leur Bulletin de 2010 qui présente la fatwa tunisienne sur le don d'organes écrite en 2006.

 

Résumé : Ce texte donne un éclairage religieux sur la réflexion d'organes et de tissus.

Le don d'une partie de son corps y est considéré comme un acte de bienfaisance.

 

Cette fatwa précise les conditions de la transplantation en distinguant

  • la transplantation d'un organe de donneur vivant,

  • la transplantation d'un organe d'un donneur décédé,

  • la transplantation d'organes de reproduction.

Vous pouvez télécharger les pages concernées en cliquant sur le lien du numéro de Don&Vie n°5.

 

Vous pouvez aussi visiter le site du CNPTO

 

Remarque : Si vous participez aux 20èmes journéees de formation de l'AFCH, vous pourrez échangez avec les membres de la CNPTO qui nous présenterons la mise en place d'une coordination à Tunis dans les retours d'expérience du Mercredi 4 juin. 

 

 


 
Opposition des familles aux dons d’organes : analyse rétrospective des causes de refus
 Image

 

  

Opposition des familles aux dons d’organes :
analyse rétrospective des causes de refus dans centre régional de prélèvement
 

 

 

Le Nobin J (a), Pruvot FR (b), Villers A (a), Flamand V (a), Bouye S (a). Progrès en urologie (2014) 24, 282—287 (Avril 2014) 

 

(a) Service d’urologie, hôpital Claude-Huriez, CHRU de Lille, 1, place de Verdun, 59037 Lille cedex, France

(b) Service de chirurgie digestive et transplantation, hôpital Claude-Huriez, CHRU de Lille, 1, place de Verdun, 59037 Lille cedex, France

 

 

http://dx.doi.org/10.1016/j.purol.2013.08.318

 

But : Déterminer les raisons pouvant mener les familles à refuser le prélèvement d’organes sur leur proche lors d’une sollicitation pour un don.

 

Matériel : De janvier 2010 à décembre 2011, l’équipe de coordination de prélèvement a rencontré en entretien les familles de 227 personnes en état de mort encéphalique pour obtenir un accord de prélèvement d’organe chez leur proche. Soixante-dix familles (31 %) ont refusé ce prélèvement. Un questionnaire sur les raisons du refus a été rempli après chaque entretien. Les items recueillis étaient le sexe et l’âge du patient, la cause du décès, les caractéristiques de l’entretien, les motifs du refus. Une analyse statistique descriptive a été réalisée à partir de ces données.

 

Résultats : L’âge médian des patients décédés était de 48 ans. Le sex-ratio était de 1,7 hommes pour 1 femme. Parmi les raisons de refus, les plus fréquentes ont été la volonté de maintenir l’intégrité du corps du défunt (46,3 %), la brutalité et la soudaineté du décès (44,8 %), l’âge du donneur (23,9 %), le déni de la mort (17,9 %), un motif d’ordre religieux (16,4 %), la défiance contre le corps médical (13,4 %), la sensation de culpabilité de la famille (11,9 %). Dans 30 % des cas, la famille a affirmé que le défunt aurait refusé de son vivant.

 

Conclusion : Les raisons principales de refus de prélèvement d’organes étaient liées à la représentation du corps du défunt. Une meilleure formation de l’équipe de coordination de prélèvement ainsi que l’information du grand public basée sur ces résultats pourraient aider à diminuer le taux de refus.

 

Remarques : Il est regrettable que la coordination de Lille qui a réalisé les 227 entretiens ne fasse pas partie des auteurs. Pour échanger sur le sujet, nous aborderons le thème lors de nos journées de formation 2014, lavec la coordination de Lens, le mercredi 4 juin après-midi.

 


 

 

 
Réparer les vivants - Maylis de Kerangal

 

 

 Image 

Parution : 02-01-2014
288 pages, sous couverture illustrée, 140 x 205 mm

ISBN : 9782070144136  

Maylis de Kerangal

 

 

Remarque :  Se lit rapidement. Le style est particulier avec des phrases parfois longues d'une page, emmenant le lecteur dans des digressions enrichissantes ou inutiles selon. Toutefois il permet de ressentir l'atmosphère des décors. Les personnages sembleront aux professionnels du prélèvement trop caricaturaux (la jeune infirmière de réanimation qui poursuit au bloc en IBODE, le médecin réanimateur solitaire qui possède l'article de 1959 de Mollaret et Goulon et lit Philippe Ariès, jusqu'au donneur d'organes qui est un jeune surfeur victime d'un AVP). La receveuse de coeur semble davantage ancrée dans la réalité, avec une réflexion plus personnelle et complexe sur la greffe et un différentiel d'âge avec le donneur intéressant.

 

Quelques imprécisions ou raccourcis dans la réalité du prélèvement (ex : le CIAR n'existe pas) qui évitent de complexifier l'histoire, nous sommes dans un roman, pas dans un reportage! Pour autant, de nombreuses informations tout au long de l'ouvrage témoignent du travail de recherche de l'auteur dans notre domaine d'activité.

 

Le livre rencontre un certain succès,  a remporté 2 prix : Le grand prix RTL-Lire et le Roman des étudiants France Culture - Télérama.

 

Il a le mérite de mettre en avant l'humanité de la démarche et le respect du corps, le lien de confiance que nous avons avec les proches. Egalement la difficulté de réflexion sur le don pour les parents d'un fils qui ne s'est pas explicitement prononcé sur le sujet. Même si notre quotidien relève plus fréquemment de la réflexion des enfants pour leurs parents donneurs potentiels.

 

Un livre davantage axé sur le prélèvement que sur la greffe est un livre rare... et utile.

 

 


 
Le Journal de Necker - Dossier sur les greffes d'organes

 

 Image 

Le journal interne de Necker de janvier 2014 publie un dossier de 8 pages très intéressant sur les greffes pédiatriques (et adultes pour le rein) avec explications et témoignages.

 

Au sommaire :

  • La greffe de rein adulte et pédiatrique
  • La greffe, une intervention multidisciplinaire et collaborative par excellence
  • La greffe de foie pédiatrique
  • La greffe d’intestin pédiatrique
  • La greffe de cœur pédiatrique

Vous pouvez le consulter ou le télécharger sur youpublisher.com

 

  


 

 
La question du Maastricht 3, position de l’Agence de la biomédecine

 

Image 

La question du DDAC de catégorie Maastricht 3, position de l’Agence de la biomédecine

  

How France launched its donation after cardiac death program

Annales Françaises d'Anesthésie et de Réanimation,

Article sous presse, en ligne le 30/12/2013

C. Antoine, F. Mourey, E. Prada-Bordenave, Steering committee on DCD program  

 

http://dx.doi.org/10.1016/j.annfar.2013.11.018

    

Origine : France

 

Résumé: Les décisions d’arrêt de traitement chez des patients de soins intensifs dont le pronostic est désespéré permettent de programmer des décès qui peuvent donner lieu alors à des prélèvements post mortem d’organes transplantables. Cette pratique répandue surtout dans les pays anglo-saxons a augmenté significativement le nombre de greffe d’organes alors que les listes d’attente ne cessent pas de croitre.

 

L’expérience a montré que des procédures claires et transparentes doivent être mises en place sous peine d’incompréhension, d’opposition voire de confits entre les membres des différentes équipes soignantes impliquées ou avec l’entourage des patients potentiellement donneurs. La décision d’arrêt de traitement et celle de prélèvement d’organes doivent être dissociées totalement. L’arrêt des traitements de support doit se dérouler selon une procédure définie préalablement. Il faut préciser quelles sont les médications autorisées pour la préservation des organes transplantables. Enfin, les besoins des familles doivent être rencontrés.

Remarques : Sujet d'actualité, il sera présenté lors des 20èmes journées de l'AFCH par Madame Prada-Bordenave puis développé par François Mourey. L'équipe du CHU de Nantes nous présentera comment elle envisage concrètement cette nouvelle activité.

   


 
Prélèvements d’organes et décès médico-légaux

 

Image 

Prélèvements d’organes et décès médico-légaux

 

Annales Françaises d'Anesthésie et de Réanimation,

Volume 32, Issue 1, January 2013, Pages 7–11.

Y. Delannoy, B. Averland, G. Tournel, R. Cornez, J. Pollard, V. Hedouin, D. Gosset. 

 

http://dx.doi.org/10.1016/j.annfar.2012.10.008

    

Origine : France

 

Résumé :

 

Objectif. – Il existe une pénurie chronique de greffons. Les freins aux prélèvements sont nombreux et certains sont liés aux contextes des décès, notamment en cas d’obstacle médico-légal. Dans ces situations, le procureur de la République décide s’il y a lieu d’effectuer les prélèvements, mais peut aussi s’y opposer. Ces refus représentent environ 40 donneurs par an, soit une perte de plus de 120 greffons potentiels.

Type d’étude. – Travail rétrospectif sur neuf ans (2003–2011) ayant pour objectif d’étudier les attentes des magistrats en les confrontant aux réalités médico-légales.

Patients et méthodes. – Soixante-deux dossiers de prélèvements multi-organes avec procédure judiciaire ont été traités en collaboration entre l’inter-région Nord-Est de l’Agence de la biomédecine et l’institut médico-légal du CHRU de Lille.

Résultats. – Lorsqu’il existe une opposition judiciaire à un prélèvement, les circonstances sont majoritairement criminelles (57 %). La principale raison invoquée concerne la nécessité de réaliser une autopsie (38 %), faisant craindre aux magistrats une perte de preuves à cause des gestes liés à la réanimation et/ou à l’acte chirurgical. Pourtant, les autopsies réalisées secondairement excluent ces nuisances si des règles strictes sont respectées.

Conclusions. – En cas d’obstacle médico-légal, les règlements prévoient l’intervention médico-légale préalablement aux gestes chirurgicaux et une collaboration entre soignants et médecins légistes. Malgré tout, les oppositions judiciaires persistent et semblent relever d’un manque de communication entre intervenants (magistrats/médecins légistes/coordinateurs de greffes). Une meilleure collaboration par l’intermédiaire de protocoles doit être pensée afin de satisfaire les impératifs de justice et de santé publique.


Remarques : Les auteurs précisent que la Société française de médecine légale a été sollicitée pour protocoliser les interventions. Gageons que cet apport sera de nature à rassurer les magistrats et limiter fortement le nombre d'oppositions judiciaires au prélèvement. 

   


 
Ethique & Santé, Dossier thématique sur le Don

La revue Ethique & Santé publie un dossier thématique sur le don. Ce n'est pas spécifiquement dédié au don d'organes, mais pour ceux qui s'intéressent au concept et aux différents aspects du don, c'est à lire.

Image 

 Ethique & Santé, Volume 10, numéro 2, juin 2013
© 2013, Elsevier Masson SAS

 

Dossier thématique : Don ; pages 75-108 .

- Le don : un concept énigmatique ; p. 75-76 ; J. Arènes.
-
On ne donne jamais que la vérité ; p. 77-84 ; J.-P. Lalloz.
- Don et sacrifice : un point de vue théologique ; p. 85-93 ; D. Foyer.
- Le don et son énigme ; p. 99-102 ; J. Ascher.

 Lien vers le numéro Ethique & Santé, Volume 10, numéro 2

 


 
Organ donation and management of the potential organ donor

 

Image 

Organ donation and management of the potential organ donor

 

Anaesthesia & Intensive Care Medicine,

Volume 13, Issue 6, June 2012, Pages 252-258.

Euan M. Thomson, Dermot W. McKeown 

 

http://dx.doi.org/10.1016/j.mpaic.2012.03.009

    

Origine : UK

 

Résumé : Les modifications physiopathologiques qui accompagnent la destruction du tronc cérébral peuvent réduire de façon significative la qualité des organes prélevés et doivent être soigneusement contrôlées. Les spécificités du DDAC sont également abordées.

 

Remarques : Même si nous n’apprendrons pas grand-chose à sa lecture, l’article trouve son intérêt dans sa présentation généraliste assez synthétique, présentant des données internationales d’activité et abordant jusqu’aux différents types de consentement.
A noter dans la prise en charge du donneur en mort encéphalique, une approche anglo-saxonne, notamment dans la possible supplémentation d’hormones. Nous y viendrons peut-être, en tout cas pour les corticoïdes, si les résultats de l’étude CORTICOME initiée par le Dr Michel Pinsard du CHU de Poitiers en démontrent l’intérêt.

   


 
Predictors of consent in tissue donation

 

Image Predictors of consent in tissue donation:
Interpersonal aspects and information provision during requests by phone

  

Patient Education and Counseling, Volume 91, Issue 2, May 2013, Pages 161-166

  

Lindsey Dorflinger, Stephen M. Auerbach, Laura A. Siminoff

 

http://dx.doi.org/10.1016/j.pec.2012.12.003

 
  

Origine : USA

   

Sujet : Dans le cadre des demandes de don de tissus par téléphone, quels sont les facteurs de communication influençant la réponse de proches parents quand ils sont indécis sur le sujet.

 

Résumé / Conclusion : Les aspects du processus de communication entre le demandeur de tissus et les proches parents lors des demandes de don de tissus prédisent significativement le consentement au don parmi proches parents initialement indécis. Les formations des demandeurs de tissus visant à améliorer les relations interpersonnelles, mais aussi la fourniture d'informations essentielles (comme le respect de l’apparence du donneur) pourraient potentiellement augmenter le taux de consentement au don de tissus.

   


 
Cranioplasty with bandaging

 

 Image

 

Cranioplasty with bandaging : New forms of limitation of life support and organ donation

 

 

Medicina Intensiva (English Edition),
In Press, Corrected Proof, Available online 20 April 2013
Escudero D, et al.

Med Intensiva. 2013.

  

http://dx.doi.org/10.1016/j.medin.2012.12.008

 

Origine : Espagne

 

Sujet : Afin de permettre l’évolution « naturelle » vers le passage en mort encéphalique et le don d’organes, est-il éthique de réaliser un bandage compressif pour les patients cérébrolésés dont la craniectomie de décompression ne s’est pas révélée curative ? Peut-on considérer le bandage compressif du crâne comme une nouvelle modalité de LATA ?

 

Résumé/Conclusion : En Espagne, le développement de la craniotomie de décompression explique en partie la diminution du taux de donneur en ME entre 2001 et 2010. Dans le cadre d’une LATA, le bandage crânien pour permettre le passage en ME pourrait être éthiquement acceptable et préférée à l’extubation, au regard du bénéfice social du don d’organes, sous réserve de l’expression préalable du consentement du donneur ou à défaut du consentement explicite de la famille.

 

Commentaires : Article très intéressant, qui considère le geste du bandage compressif comme un arrêt du traitement protecteur cérébral qu’est la craniotomie de décompression. Il est alors assimilable à une LATA au même titre que l’extubation, mais cette nouvelle modalité permet le passage en mort encéphalique. La subtilité tient dans l’acte qui « permet » l’évolution naturelle vers la ME qui est différent d’un acte qui « favorise » l’évolution vers la ME.  S’en remettant à la « Bonne Nature » aristotélicienne, l’acte est considéré comme moral.

 


 
Approaching families on the subject of organ donation
 
Image 

Orøy A, et al.

 

Approaching families on the subject of organ donation :
A phenomenological study of the experience of healthcare professionals.
    

Intensive Crit Care Nurs (2013)

http://dx.doi.org/10.1016/j.iccn.2013.02.003
Available online 27 March 2013

 

 

Origine : Norvège

 

Sujet : Observation des pratiques des médecins et infirmiers lors des entretiens afin de comprendre leurs interactions avec les familles dans l’abord de la question du don d'organes

  

Résumé/Conclusion : trois thèmes principaux ont émergé de cette analyse:

  1.  Le moment crucial : déterminé le plus souvent par le médecin, l’abord trop tôt et le moment idéal sont identifiés.
  2. La difficulté des conversations.
  3. Les attentes contradictoires auxquels sont confrontés les soignants : la volonté de soutenir la famille quelle que soit leur décision versus le besoin d’obtention du consentement de la famille pour répondre aux attentes des patients sur liste d’attente.
    Les soignants recherchent un équilibre idéal entre ses deux attentes contradictoires, équilibre d’autant plus difficile à atteindre que la règlementation pèse en faveur des patients en attente d'organes.

 

Commentaires : L’article est riche de témoignages et d’analyses. Il met en avant le conflit de l’infirmier qui se préoccupe du ressenti de la famille, alors que la règlementation ne donne aucune place à la volonté de la famille sur le don d’organes de son proche défunt. Le professionnel infirmier a conscience qu’un manque de transparence et d’échange avec la famille aurait un impact négatif sur le don d’organes auprès du public. Il prend donc en considération la position de la famille.